Click here to send us your inquires or call (852) 36130518

Chine 中国


carte extraite de Wikipedia (en)


drapeau de la RPC
中华人民共和国
Zhōnghu� R�nm�n G�ngh�gu�

 

 

Les pages r�f�renc�es ci-dessous de villes de Chine n�cessitent pour obtenir une visibilit� compl�te le chargement d'une police chinois (par exemple par l'interm�diaire de celle-ci) dans votre navigateur. La musique de fond de cette page est celle de l'hymne national chinois.

Retour voyages

Ma premi�re visite en Chine eut lieu fin septembre 1983, bien entendu � l'�poque en voyage organis�, dans un pays qui avait encore bien des restrictions envers les �trangers. Le but du voyage �tait "la route de la Soie" ou plut�t la partie de cette route accessible aux �trangers puisque Kashgar �tait encore zone interdite.

Le vol Paris-P�kin s'effectua dans un 747-SP de CAAC. Le 747-SP �tait un mod�le "long range" raccourci. Cependant, le vol s'effectua via une escale � Sharjah dans les �mirats Arabes Unis.
L'avion �tait plein et la soute � bagages et l'int�rieur ressemblait plus � un camion de chez Darty qu'� un vol d'affaires: r�frig�rateurs, postes de t�l�vision et gadgets divers faisaient partie des impedimenta que ramenaient en Chine diplomates ou expatri�s divers. �galement surprenant, furent les pr�paratifs de l'atterrissage o� les passagers commenc�rent � se masser pr�s de la sortie avant le poser des roues.

Nous arriv�mes � Beijing en d�but d'apr�s midi et furent amen�s visiter le temple du Ciel avant d'avoir pu prendre possession de nos chambres (overbooking oblige).Nous pass�mes les deux jours suivants dans des visites de P�kin: Cit� Interdite, Palais d'�t�, Temple des Lamas, Grande Muraille � Badaling, Tombeaux des Ming sur la route de Badaling. 

Trois jours apr�s,  nous repart�mes � l'a�roport prendre un Il-62 pour un vol de 3 heures et demie pour Urumqi la capitale du Xinjiang. Urumqi �tait une ville � l'architecture un peu "stalinienne", tr�s �tendue avec des buildings sans �me, surmont�e d'un temple (la pagode Zhenlong) perch� sur une colline. De Urumqi, nous f�mes des excursions au sud-est visiter un village de yourtes kirghizes, � l'est pour visiter le lac du Ciel au coeur des Tian-Shan (les montagnes du ciel), la cha�ne de montagnes qui s�pare le Xinjiang en deux parties. Nous pr�mes rapidement conscience que nous n'�tions que tr�s partiellement en Chine. Le guide-interpr�te fran�ais-han (chinois), venu de P�kin, devait laisser le contr�le � un guide uighur (qui nous parlait en anglais). Les Uighur n'�taient pas soumis au contr�le des naissances rigoureux et arboraient fi�rement leur culture turque.
A Urumqi, nous e�mes l'occasion de rencontrer des ing�nieurs fran�ais qui faisaient de la prospection p�troli�re dans la Djoungarie, plaine situ�e � l'ouest vers la fronti�re de Sib�rie?
Un soir, on nous offrit une soir�e folklorique uighur, dont le folklore rappelait celui de leurs fr�res de Turquie. Le banquet fut somptueux, � l'exception du vin sirupeux.
Nous f�mes une assez longue route pour rejoindre au Sud des Tian-Shan l'oasis de Turfan, situ�e dans le d�sert et rappelant les grandes oasis sahariennes. March�s priv�s en plein air, o� l'on trouvait des fruits frais et des Corans en arabe. Autour de Turfan, on trouve des ruines int�ressantes de Gaochang, de Jiaohe et de B�z�klik avec des peintures bouddhiques anciennes, partiellement couvertes de graffiti et dont certaines parties avaient �t� "d�mont�es" par des explorateurs europ�ens intr�pides... Turfan poss�de une ancienne mosqu�e et est la capitale du raisin.

Nous continu�mes notre route vers l'est en bus pour rejoindre la ligne de chemin de fer et apr�s une nuit de wagon-lit "mou", nous repr�mes le minibus pour Dunhuang, dans le Gansu. Un peu au sud de Dunhuang, se trouvent les fameuses grottes de Mogao, c�l�bres par leurs sculptures et peintures bouddhiques.

Nous repart�mes par la route le long de la partie occidentale de la Grande Muraille � la forteresse de Jiayuguan et nous f�mes escale � Juiquan, une ville connue depuis pour �tre la gare du Centre de lancements de fus�es balistiques chinoises, mais nous ne f�mes que visiter les fouilles arch�ologiques des tombes de Dingjiazha au voisinage de Jiuquan.

Nous pr�mes ensuite l'avion pour Lanzhou, la capitale du Gansu, situ�e dans les plateaux de l�ss travers�s par le Fleuve Jaune (Huang-He) le bien nomm� car il charrie �norm�ment d'alluvions. 
Le lendemain, nous repr�mes la route du Sud-Ouest, traversant une zone interdite aux �trangers, pour rejoindre un barrage sur le Fleuve Jaune et faire une croisi�re sur le lac en amont pour aller aux grottes de Bingling si aussi appel�es Qian fo dong -les grottes au Mille Bouddhas, et qui sont parmi les plus anciennes de Chine.

Le lendemain, nous pr�mes l'avion pour Xian, l'ancienne capitale des Qin, puis des Han, par un temps pluvieux.
Xian est une ville quadrill�e m�thodiquement -comme l'est le centre de P�kin construit sous son mod�le. Cependant devenue capitale provinciale du Shaan Xi depuis le Moyen Age, cette ville conserve de sa grandeur pass�e les portes de ses remparts, sa grande  mosqu�e, et deux pagodes la Grande Pagode de l'Oie Sauvage avec son temple Da ci�en si et la petite pagode de l'Oie Sauvage et le temple Jian Fu. Le mus�e provincial comporte une "for�t de st�les" inscriptions pr�cieuses tr�s anciennes.
Nous visit�mes aussi le mausol�e de Maoling � quelques dizaines de kilom�tres qui renferme la tombe de l'empereur han Wudi. Enfin, un s�jour � Xian ne saurait �tre complet sans la visite des excavations des guerriers du grand empereur Qin-shi-huang-di, dont on conna�t la position du tombeau sous une colline, mais qui n'a pas encore �t� d�gag�. 
A Xian nous e�mes une soir�e folklorique avec des danses datant, parait-il, de l'�poque Tang.

A notre retour � Xian, nous devions en principe prendre le train de nuit vers Taiyuan, mais nous appr�mes que la voie �tait coup�e par un glissement de terrain et nous reconqu�mes nos chambres d'h�tel, au d�pens probablement d'un autre groupe de visiteurs. La compagnie de tourisme chinoise Luxingshe avait fait preuve d'efficacit� en �tant capable de trouver un avion sp�cial le lendemain matin pour Taiyuan, la capitale du Shanxi.
Nous �tions log� dans un h�tel stalinien aux chambres tr�s grandes, aux hauts plafond et � la plomberie catastrophique, r�serv�e aux cadres politiques et � quelques groupes �trangers.
A Taiyuan,nous visit�mes le temple Jinci et le monast�re bouddhique des pagodes jumelles.

Nous repart�mes par le train de nuit pour Datong ville o� la ligne de la route de la Soie rejoint le Transsib�rien. Datong �tait une ville industrielle o� le charbon �tait omnipr�sent en camion, en train, en charrettes � bras ou � traction animale.
Nous visit�mes les grottes de Yungang, un peu plus r�centes que celles vues � Mogao, ainsi que le monast�re Huayan aux belles sculptures Wei.
Le logement � Datong �tait simplement ex�crable dans une annexe de l'H�tel, conditions encore aggrav�es par le manque de chauffage, au pays du charbon.

Nous repart�mes ensuite par le train de nuit pour P�kin o� nous e�mes quartier libre pour une revisite non guid�e de la Cit� Interdite et une visite du mus�e d'histoire de la Chine.

Nous repr�mes le 747 de la CAAC via une escale dans le petit, mais somptueux, a�roport de Sharjah.

.........

 


Je suis retourn� en Chine en avril 1997 au cours d'un voyage en Extr�me-Orient et j'ai rayonn� autour de HongKong, me rendant �galement � Taipeh (R�publique de Chine ou province de Taiwan selon son ob�dience politique). C'�tait deux mois avant la "d�volution" de HongKong � la Chine. L'Union Jack commen�ait � faire la transition et les opposants manifestaient � peu pr�s tous les jours � Kowloon contre les violations des droits de l'homme � Beijing, dans une certaine indiff�rence de la population chinoise. On pouvait aussi noter des manifestations de personnel de maison philippins inquiets d'un d�part des Europ�ens. A part cela, HongKong �tait "business as usual". Le mus�e de Kowloon insistait peut-�tre plus sur la conqu�te coloniale et les guerres de l'opium qu'il le faisait � l'apog�e de la colonisation britannique.

Nous sommes all�s de HongKong � Guilin, une ville renomm�e sur le plan touristique certes avec sa fameuse excursion sur la rivi�re Li, mais tr�s int�ressante parce que beaucoup moins tourn�e vers l'industrie sinon pour la consommation locale. 


Apr�s le retour � HKG et un petit s�jour � Taipeh, nous sommes all�s trois jours � Canton (Guangdong) par le train. Nous avons travers� Shenzhen une ville champignon toute orient�e vers l'exportation (textile et �lectronique), puis � peine quelques rizi�res et nous sommes arriv�s dans cette m�tropole couverte de chantiers qu'�tait Guangdong.  

Enfin, nous avons pris un bain d'Europe � Macao rejoint en hydrofoil depuis le port de HongKong. Certes Macao poss�de quelques quartiers p�riph�riques champignons, mais c'est beaucoup moins les casinos qui retiennent l'attention du moins le jour, qu'une ville portugaise un peu endormie compar�e aux autres villes chinoises visit�es.

Un r�sum� de l'activit� de ces villes: � Guilin r�gnent les bicyclettes, � Taipeh les scooters, � Canton les motos et les voitures de sport,  et � Hong-Kong le m�tro et les ferries.

 

Suite