Click here to send us your inquires or call (852) 36130518

GUATEMALA

 

Retour

La connaissance du Mexique Oriental ne suffit pas � comprendre la civilisation Maya, ne serait-ce que le Yucat�n actuel ne renferme que peu de souvenir des civilisations indiennes descendantes des Maya contemporains de notre Moyen �ge. Le Pet�n guat�malt�que continuation des plaines du Yucatan renferme de nombreux sites dont celui de Tikal un des plus �tendus. de plus, les Maya se sont r�fugi�s dans les montagnes du Guatemala pour fuir la conqu�te espagnole.

Le Guatemala montrait en 1993 un visage beaucoup moins "d�velopp�" que le Mexique. Cette impression est rehauss�e par le climat: les volcans qui entourent Guatemala City et Antigua Guatemala accumulent l'humidit�.

Le centre du Guatemala a souffert d'un tremblement de terre destructeur le 4 f�vrier 1976.

Le Guatemala a v�cu une longue guerre civile, ayant caus� des dizaines de milliers de victimes, surtout du c�t� des populations supportant les gu�rilleros,  dont les prolongements �taient encore visibles lors de notre s�jour, en ao�t 1993. Les routes restaient non recommand�es � la tomb�e de la nuit. Les camps militaires s�rieusement retranch�s se rencontraient dans la campagne. A Santiago Atitlan, on montrait l'endroit o� le cur� trop favorable aux indiens avait �t� assassin� par les paramilitaires.

Le Guatemala a une population de pr�s de 11 millions d'habitants presque �galement partag�s entre Ladinos (m�tis d'espagnols et indiens) et Maya. Les indig�nes Maya sont divis�s entre 28 diff�rent groupes dont les plus importants sont les Quiche, les Cakchiqueles, les Kekchi, les Ixil et les Mam.

Les principaux volcans actuellement actifs que nous avons pu voir sont le Fuego � 3763 m encore actif, et le Pacaya � 2552 m autour de Guatemala City

Alors qu'aujourd'hui la r�gion Nord du Guatemala, El Pet�n, est une r�gion de for�ts basses peu hospitali�re, c'�tait � l'�poque Maya Classique (600-900) le principal foyer des Maya Itza .

Le Guatemala fut conquis par les espagnols de Pedro de Alvarado en 1523. Au d�but partie de la Audiencia de les Confines, puis de la Audiencia de Nueva Espa�a, en 1570 fut �tablie la Capitainerie G�n�rale du Guatemala. Apr�s les trois si�cles de domination espagnole, le Guatemala a prononc� son ind�pendance de l'Espagne le 15 septembre 1821, mais fut incorpor� dans l'�ph�m�re empire mexicain de Agustin de Iturbide. Apr�s la r�volution mexicaine de 1823 et l'abdication de Iturbide, e Guatemala se proclama en r�publique f�d�rale ind�pendante. Les Provinces Unies d'Am�rique Centrale regroupaient alors Guatemala, El Salvador, Honduras, Costa Rica et Nicaragua. En 1829 le g�n�ral hondurien Francisco Moraz�n mena une politique "lib�rale" qui se heurta aux indiens et au clerg� guat�malt�que qui appuy�rent une insurrection "conservatrice" qui porta au pouvoir Rafael Carrera qui proclama la souverainet� guat�malt�que en 1947. Les conservateurs rest�rent au pouvoir jusqu'en 1871 et furent remplac�s par des dictateurs "lib�raux" jusqu'en 1944. Pendant cette p�riode, une �conomie domin�e par la compagnie am�ricaine United Fruits d�veloppa la culture de la banane, notamment dans la partie est du pays. Le Guatemala devint une r�publique banani�re soumise � la politique de l'UFCo et fut incapable de r�agir aux cons�quences de la Grande D�pression qui augmenta la paup�risation du pays.
En 1944, commenc�rent les "Dix ann�es de Printemps" du Guatemala avec les pr�sidences de Juan Jos� Ar�valo et surtout de Jacobo Arbenz Guzm�n.  qui entreprirent une politique sociale avec une grande r�forme agraire (juin 1952). Cette politique heurtait les int�r�ts de l'United Fruit Company (la "Frutera") qui cria � Washington que le Guatemala �tait en train de virer au communisme. Un coup d'�tat organis� par la CIA am�ricaine en 1954 d�posa Arbenz et �tablit une dictature militaire du colonel Carlos Castilo Armas. cette dictature dura jusqu'� l'�lection en 1985  de Venizio Cerezo. cette dictature entreprit une r�pression contre les paysans qui avaient b�n�fici� de la r�forme agraire et plongea le pays dans une atmosph�re de guerre civile. Certains �migr�rent au Mexique ou � Cuba, tels Che Guevara. Les paysans indiens �taient le plus souvent encourag�s dans leur r�bellion par les pr�tres catholiques.

LINKS:
Tourisme Guat�malt�que

Tikal

J'ai visit� le Guatemala par un tour organis� par le Club M�diterran�e qui couvrait aussi le Mexique et centr� sur les sites de la civilisation Maya. Nous arriv�mes � Guatemala directement par un 757 de American Airlines via Dallas-Ft Worth. Il faisait d�j� nuit lorsque nous travers�mes Guatemala City pour passer notre premi�re nuit � Antigua.

Ciudad de Guatemala

La ville fut fond�e en 1776 sur le site du village de Ermita

museo Nacional de Arqueologia y Etnologia sur le parc de la Aurora

Antigua  Guatemala (dpt Sacatep�quez)

La ville de Santiago de los Caballeros de Guatemala fut fond�e le 25 juillet 1524 par le conquistador Don Pedro de Alvarado. Peu de temps apr�s en 1527, survint une insurrection des indiens Cakchiqueles et la ville fut transf�r�e dans un site plus facile � d�fendre dans la vall�e de Almolonga au pied du volcan de Agua (3766 m).L'inondation de 1541 et l'�ruption du volcan conduisirent � un nouvel abandon de ce qui sera d�sormais Ciudad Vieja (la vieille ville)

L'ancienne capitale du Guatemala fut fond�e le 10 mars 1543 au fond de la vall�e de Panchoy par Francisco de la Cueva. A l'�poque, le gouvernorat couvrait la majeure partie de l'Am�rique Centrale et les futurs �tats mexicains du Chiapas et du Tabasco. Une premi�re ville fut construite (Ciudad Vieja) dont il ne reste que des ruines insignifiantes. La ville fut reconstruite � peu de distance  � partir de 1690.
La ville proche des volcans fut presque d�truite en juillet 1773 (�ruption du volcan Fuego) et la majeure partie de la population l'abandonna pour Ciudad de Guatemala.


L'absence de constructions modernes et le fait qu'on n'a gu�re retouch� les ruines dues au s�isme permet de bien se p�n�trer de l'atmosph�re des villes espagnoles du XVIIe si�cle.

Ayuntamiento

Palacio de los Capitanes Generales
Le palais des Capitaines G�n�raux borde au sud la place principale de Armas (� la mani�re de presque toutes les villes coloniales espagnoles). Il h�berge toujours les services administratifs et militaires du pays. Il date de 1558.

cath�drale m�tropolitaine
les ruines de la cath�drale sont en fait celles de la seconde version datant de 1659-1680. La premi�re datant de 1542 ne r�sista pas aux s�ismes du XVIIe si�cle. La fa�ade reste intacte et borde � l'est la Plza de Armas.

couvent des Capuchinas
Le couvent des capucins fut inaugur� en 1736. Si la majeure partie est ruin�e, le clo�tre, les cellules des moines et la structure de l'�glise reste bien visible.

Santa Clara
les ruines du couvent de Sainte Claire sont les restes d'un monast�re de Clarisses �tabli en 1695 qui fut d�truitpar le s�isme de 1717. L'�glise fut reconstruite en 1734 et d�finitivement abandonn�e en 1773. Les Clarisses s'install�rent dans la nouvelle capitale dont elles furent expuls�es en 1923.

�glise de la Merced
ce fut aussi un monast�re (de l'ordre des Mercedarios). Notre-Dame de la Merci �tait la sainte patronne de la capitale. Si le couvent est en ruines, l'�glise a �t� reconstruite entre 1749 et 1767 et repr�sente la plus grande �glise de Antigua.

San Domingo
Il ne reste que des ruines du couvent des dominicains

San Francisco
Le couvent des Franciscains est �galement ruin�, mais l'�glise a �t� restaur�e et h�berge le tombeau du bienheureux Pedro de Betancur.

iglesia El Carmen
cette �glise de 1728 montre une fa�ade parmi les plus imposantes de Antigua

iglesia El Calvario
�glise du Tiers-Ordre des Franciscains, datant de 1655 et reconstruite apr�s le s�isme de 1717

Chichicastenango (dpt El Quich�)

distance de la capitale 140 kms. soit environ 3 heures de bus. La ville se trouve � 1965 m d'altitude, et les nuits y sont fra�ches � cause de l'altitude et de l'humidit�.

indiens Maya du groupe K'ich� s'appelant eux-m�mes des Maxe�os portant le ch�le Huipil au march� de Chichicastenango

�glise santo Thom�s datant du XVIe si�cle
elle fut construite sur l'emplacement d'un temple Maya d�di� au dieu Hun Ahpu dont le souvenir ne s'est pas effac� dans les rites syncr�tiques (autour des encensoirs contenant du copal) qui se poursuivent devant l'�glise aujourd'hui. L'escalier de 18 marches menant � l'entr�e principale repr�sente les 18 mois du calendrier Maya.

Bien que la majeure partie de la population soit traditionnellement catholique, les missions protestantes font preuve d'un grand activisme et nous avons assist� � une procession tr�s importante dans les rues de Chichi.

Panajalchel

le lac Atitlan est domin� par les volcan San Pedro (3020 m) , les stratovolcans Toliman et Atitlan. Il emplit en fait un complexe de 3 caldera

Panajalchel est une des rares villes vivant � peu pr�s exclusivement du tourisme rencontr�es au Guatemala. De nombreuses boutiques sont poss�d�es par des anciens hippies tant nord-am�ricains qu'europ�ens.

Santiago Atitlan

Pour rejoindre le village maya Tz'utuhil de Saint Jacques d'Atitlan, on a pris un bateau depuis Santa Catarina Palopop� traversant les eaux alors calmes du lac en pr�s de 2 heures. Santiago Atitlan est domin� par le volcan de Toliman.

 

 

Flor�s

Tikal

Les ruines de Tikal furent red�couvertes en 1848, mais ce n'est qu'� partir de 1969 que l'on commen�a � parler de Tikal comme d'un des plus vastes sites de la civilisation Maya. Le site s'�tend sur 25 km�. On est accueilli � Tikal par une faune abondante de perroquets et surtout de singes qui poussent de grands cris en "volant" entre les arbres. La population de l'ancienne Tikal devait atteindre au minimum 55 000 habitants vers l'an 700.

temple du serpent � deux t�tes ou temple IV
cet �difice  � l'extr�mit� ouest du site fut construit par le roi Yaxkin Caan Chac fils de Ah Cacau vers 741. Cet �difice mesure 70 m de hauteur, la plus haute construction pr�colombienne en Am�rique. Les chambres int�rieures sont tr�s �troites.

Mundo Perdido
peut-�tre la plus ancienne structure de Tikal construite avant 500 avant notre �re

pyramide du monde perdu � 4 �tages

acropole Nord

temple du Jaguar g�ant ou temple I
Ce temple de 50 m de hauteur est un monument en l'honneur du roi Ah Cacau construit en 735 AD dont la tombe fut d�couverte � la base de la pyramide

temple des masques ou temple II 
A 42 m de hauteur, ce temple fut probablement construit vers 750 par Ah Cacau en l'honneur de sa femme. Les chambres sont stu�s au sommet e la pyramide

Le temple 33 contient des sculptures dont l'origien remonte � 250 AD et qui ont �t� ajot�e durant l'�poque Cassique jusque 900 AD

groupe G
le groupe G, appel� le palais des vergers verticaux comprend une foule de constructions siti�es � l'est du site. Il fut construit par Yik'in � l'�poque classique tardive

temple des inscriptions 

mus�e Sylvanus Morley
le mus�e contient une maquette du site de Tikal o� on peut mesurer l'�tendue du site dont ne visite le plus souvent que la partie centrale comptenant les grandes pyramides

Seibal

Nous sommes arriv�s sur le site Seibal (ou Ceibal) apr�s une demi-heure de bus depuis Flor�s et une heure de pirogue sur le Rio Pasion.

Le seul antimoustiques efficace est l'encens Copal (r�sine de l'arbre copal br�l�e sur un lit de charbon de bois) ) port� dans des calebasses, mais nous n'en disposions pas sur le fleuve.

Le site domine d'une trantaien de m�tres les berges du fleuve.

Quirigu�

Le site de Quirigua est situ� dans la vall�e qui descend vers l'Atlantique depuis le plateau central. Il contient des ruines Maya pr�-classiques des IXe et Xe si�cle.

 

 

HONDURAS

Je ne puis affirmer avoir visit� le Honduras en dehors du site de Copan � la fronti�re guat�malt�que. La route menant au Honduras grimpe dans les collines de la zone fronti�re et juste � proximit� de celle-ci se trouva coup�e par un �boulement de terrain que le bus essaya en vain de franchir. Nous franch�mes donc la fronti�re � pied � El Florido , un simple poste douanier o� les militaires dormaient -en l'absence de camions- et attend�mes un certain temps de l'autre c�t� un v�hicule qui �tait une camionette o� nous f�mes entass�s (au sens propre) sur la dizaine de kilom�tres nous s�parant du site maya de Copan.

Copan