Click here to send us your inquires or call (852) 36130518

Historique des industries de haute technologie

Retour Informatique
mise � jour 28 oct. 2006
� 2002 Jean Bellec

Jusqu'en 1945, ce qui est convenu d'appeler aujourd'hui les technologies de l'information �tait encore dans la p�riode pr�historique. De nombreuses inventions avaient �t� faites tant en Europe qu'aux �tats-Unis. Mais il faut remarquer que le d�veloppement industriel des calculateurs et celui des �quipements � cartes perfor�es se sont faits durant la premi�re  partie du si�cle � peu pr�s exclusivement aux �tats-Unis. On peut attribuer ce fait � ce que l'attrait pour la m�canisation de travaux relativement triviaux �tait d� � la raret� ou � la chert� de la main d'�uvre aux USA tout au moins avant la crise de 1929. Mais m�me durant la Grande D�pression, il est rest� un consensus en faveur de l'accroissement de productivit�.
Les compagnies op�rant des r�seaux t�l�graphiques et t�l�phoniques sont toutes aux �tats-Unis des compagnies priv�es et elles ont eu d�s le d�but une vocation mondiale tout en donnant � leurs actionnaires un r�le dominant. Cependant, dans le monde entier, y compris aux �tats-Unis les gouvernements ont voulu administrer ou du moins r�guler rigoureusement leurs op�rateurs de t�l�communications.

Entre 1945 et 1964, l'industrie des ordinateurs est n�e � la suite du d�veloppement explosif de l'industrie de la radio pendant la seconde guerre mondiale. Cette p�riode a vu l'entr�e de l'�lectronique (tubes � vides, puis semi-conducteurs) dans l'industrie des calculateurs jusqu'alors confin�e aux technologies �lectrom�caniques, souvent commune aux t�l�communications. De nombreuses soci�t�s d'�lectronique se cr��rent ou entr�rent dans le march� de l'ordinateur et cette tendance se retrouva dans les soci�t�s europ�ennes et japonaises, car on consid�rait alors que le march� potentiel des ordinateurs pouvait repr�senter un des d�bouch�s les plus importants pour les composants �lectroniques.

Cette p�riode -en fait jusque vers 1975- fut marqu�e par une injection massive de l'argent gouvernemental am�ricain dans les activit�s li�es � la D�fense. L'industrie de l'ordinateur fut essentiellement financ�e par les gouvernements et par de grandes soci�t�s comme les services publics ainsi que la construction a�ronautique. Les compagnies financi�res n'adopt�rent le calculateur �lectronique qu'un peu plus tard, lorsque la maturit� de ces syst�mes permit la remise en cause de leurs �quipements m�canographiques.
Beaucoup d'avanc�es de l'industrie aux �tats-Unis ont �t� dues aux subventions directes ou indirectes du D�partement de la D�fense, surtout pendant la guerre de Cor�e et le souci du risque d'entrer dans une troisi�me guerre mondiale en position d'inf�riorit� lorsque l'Union Sovi�tique lan�a le premier Spoutnik. Aux �tats-Unis, � l'exception possible des laboratoires principaux  de IBM, la plupart des ordinateurs ont �t� con�us dans une communaut� d'ing�nieurs et de scientifiques ayant travaill� sur des projets li�s � la d�fense.
Aux �tats-Unis et en Grande Bretagne, ainsi que dans quelques pays europ�ens, les ann�es 1950 et 1960 virent un engagement important des Universit�s pour entreprendre elles-m�mes des d�veloppements d'ordinateurs, quitte � en transf�rer ensuite la connaissance � l'industrie.

Les soci�t�s de m�canographie � base de cartes perfor�es (IBM, Remington-Rand et Bull) furent tr�s proches d'�tre submerg�es par les nouveaux entrants (par exemple Univac), mais elles parvinrent � survivre en capitalisant sur leur comp�tence en mati�re de p�riph�riques et aussi par l'argent que leur avait procur� l'exploitation de tabulatrices.

Les grands utilisateurs priv�s commenc�rent au cours des ann�es 1960 � �quilibrer les contrats gouvernementaux. Ils r�ussirent � imposer un mod�le �conomique de centralisation du traitement des informations dans de grands centres �quip�s d'ordinateur de plus en plus gros. Les nouveaux entrants se virent progressivement condamn�s � un march� de niches (telles la d�fense ou l'automation industrielle) ou bien � fusionner avec des compagnies plus grosses comme Honeywell ou Burroughs.

Durant cette p�riode l'industrie des t�l�communications ne vit que peu de changements ni de structure, ni de technologie, mais se d�veloppa essentiellement en augmentant consid�rablement le nombre de ses clients.

La p�riode 1965-1975 vit l'�ge d'or des ordinateurs "main frames", domin� par IBM et ses s�ries de machines compatibles. Presque toutes les compagnies grandes ou moyennes du monde industrialis� s'�quip�rent en ordinateurs. Des soci�t�s de logiciel furent cr��s pour essayer de remplir la faille cr�e par la lenteur de d�veloppement des applications et pour aider les clients priv�s ou publics � d�velopper des applications transactionnelles.


L'industrie am�ricaine des ordinateurs atteignit sa majorit�. Beaucoup de nouveaux entrants provenant de l'industrie �lectronique (GE, RCA...) se repli�rent de leurs engagements pr�c�dents et se mirent � fusionner. A partir de 1969-1970, le D�partement de la D�fense coupa ses subventions directes aux syst�mes d'applications et se concentra sur la recherche en int�gration de composants. Un des derniers investissement du Pentagone dans la technologie de l'ordinateur proprement dit fut Internet qui fut planifi� d�s la fin des ann�es 1960, m�me si beaucoup ne l'ont d�couvert que 25 ans plus tard.

L'Europe, le Japon et l'Union Sovi�tique essay�rent d'entrer sur le march� des ordinateurs, souvent sous l'�gide de plans gouvernementaux. 
Le Japon r�ussit � d�velopper une industrie en se fondant sur les keiretsu, grands groupes non sp�cialis�s, et � combler le foss� avec les am�ricains gr�ce � des subventions gouvernementales � la technologie des semi-conducteurs. Le MITI encouragea des alliances de coop�ration avec les grands constructeurs �trangers pour acqu�rir les connaissances en conception de syst�mes, en logiciel et en exp�rience  de l'usage des ordinateurs
Le Royaume Uni ne fut pas capable de maintenir ses efforts des ann�es 1950 et entreprit assez t�t une concentration de l'industrie qui co�ncida avec la perte de part de march� dans le pays et dans le Commonwealth.
L'Allemagne adopta une strat�gie similaire � celle du Japon, en se basant sur l'alliance e Siemens avec RCA et en investissement en technologie. Les ambitions de Siemens furent limit�es un peu par d'autres comp�titeurs plus petits et surtout par le poids important de IBM Deutschland.
La France et l'Union Sovi�tique essay�rent de d�velopper de presque z�ro une industrie non d�pendante des �tats-Unis. En France, des int�r�ts priv�s ne purent remplir leurs engagements sans recourir � des alliances (initialement avec le californien SDS, puis avec Siemens).
L'Union Sovi�tique avait le plan d'imiter le S/360 de IBM, mais il appara�t que la plupart des chercheurs et l'�tablissement militaire aient choisis leur propre solution, � la mani�re des USA des ann�es 1950.

 

M�me si cette p�riode vit l'apog�e des mainframes, les mini-ordinateurs n�s pour les applications de process control commenc�rent � envahir le march� de l'informatique, essentiellement en passant au client la diminution de co�t du mat�rieL. Beaucoup de clients s'int�ress�rent � l'informatique distribu�e. D�s les ann�es 1970, le futur s'inscrivait d�j� : l'ordinateur sur une puce �lectronique dans les ann�es 1980.

Les deux d�cades suivantes sont en effet marqu�es par une nouvelle r�volution: l'apparition du microprocesseur qui est entr� d'abord dans les  calculettes et les montres, balayant les vieilles compagnies qui s'accrochaient � la technologie m�canique. Ensuite, la naissance de l'ordinateur personnel changea � peu pr�s tout dans cette industrie. Sur le plan industriel le march� de masse conduisit les industriels � faire fabriquer dans les pays � bas co�t de main d'oeuvre 5Taiwan, la Cor�e et la Malaisie) et de ce fait � diminuer leur personnel employ� dans les pays o� les avaient leur si�ge social. 
LA Cor�e et Taiwan entr�rent dans ce march� avec leur secteur priv� aid� par des avantages conc�d�s par les gouvernements (protection contre les importations, subventions et avances et financement de parcs technologiques). La Malaisie recourut davantage � des investissements de production par des compagnies �trang�res (europ�ennes, am�ricaines ou japonaises). La Chine continentale se joignit � ces pays durant les ann�es 1990 en offrant des co�ts encore plus bas et un march� int�rieur potentiel consid�rable.

Pour quelques temps au d�but des ann�es 1980, l'industrie am�ricaine, ou tout au moins une partie d'entre elle, se mit � r�ver � un retour es ann�es 1950 avec l'Initiative de D�fense Strat�gique du gouvernement Reagan. Cependant cet espoir s'att�nua rapidement et quand les �tats-Unis entr�rent en guerre contre l'Irak en 1990, les arm�es durent d�valiser les magasins offrant aux civils des ordinateurs portables et des GPS. Bien entendu, cette p�nurie ne fut pas durable, mais ce fut plut�t dans des technologies �loign�es des besoins civils que se d�ploy�rent les investissements.

L'Europe, � l'exception de l'industrie des t�l�communications qui commen�a � r�aliser ce qu'elle pouvait tirer des technologies �lectroniques num�riques, commen�a un lent, mais peut-�tre irr�versible d�clin dans la conception et la fabrication des mat�riels de haute technologie. Seule une poign�e de soci�t� de logiciel en Allemagne et aux Pays-Bas continu�rent � exploiter quelques niches en rivalisant avec les Am�ricains. Une quantit� appr�ciable d'argent europ�en et japonais fut d�penser dans les acquisitions de compagnies qui �taient � vendre parce que p�riclitant.

Dans le march� traditionnel des ordinateurs, les traitements par lots avaient c�d� la place aux applications � acc�s direct utilisant les lignes de communications, marquant le mariage entre les industries. cette p�riode fut marqu�e par la croissance de quelques g�ants du logiciel (en  premier lieu Microsoft, mais aussi Oracle et Computer Associates), croissance aliment�e par un effet de volume et aussi par des acquisitions de petites soci�t�s. Une tendance lourde de cette p�riode fut pour les entreprises clientes d'externaliser leurs syst�mes d'informations entre les mains de soci�t�s de service  comme  EDS ou un peu; plus tard IBM Global Services. Cette tendance avait l'avantage de permettre l'optimisation de grandes plates-formes co�teuses au d�pens de leurs constructeurs. EN parall�le, des plates-formes meilleur march� et optimis�es pour le support d'applications standards tels les serveurs Sun pour Internet se r�pandirent depuis la fin des ann�es 1980 et pendant les ann�es 1990.

Les t�l�communications qui avaient �t� domin�es depuis longtemps par des monopoles r�gul�s commenc�rent � devenir ouvertes � la concurrence et � suivre le march� au lieu de le diriger.

La p�riode post-1995 a �t� une phase de consolidation de l'industrie des ordinateurs, c'est � dire la disparition de start-ups n�s dans l'enthousiasme de la p�riode pr�c�dente et les write-offs des acquisitions trop ch�rement acquises. Cette consolidation atteint aussi l'industrie des p�riph�riques, des t�l�communications et m�me des logiciels. Pour certains, comme IBM, la consolidation s'accompagna vers une mutation (ou plut�t un retour) vers un business diff�rent celui des services. On peut noter sans en tirer de cons�quence que cette mutation co�ncida avec la mise � la retraite de beaucoup d'acteurs ayant v�cu l'aventure de la naissance de cette industrie.

La fin des ann�es 1990 a �t� marqu�e par la "bulle" g�n�r�e par l'int�r�t port� par les organismes financiers r�cemment d�r�gul�s aux march�s des t�l�communication et des services via Internet. De nouvelle soci�t�s furent cr�es dans le but de prendre position sur le march� publicitaire sur Internet, juste pour pouvoir �tre ensuite rachet�es un bon prix. De vielles compagnie se prirent au jeu et gaspill�rent le capital acquis sur les march�s traditionnels. Toutefois, il ne faudrait pas oublier qu'Internet est devenu durant cette p�riode une technologie utilis�e par des centaines de millions d'usagers de PC dans le monde.

Une autre caract�ristique de l'industrie �lectronique des ann�es 1990 est l'abandon d'un mod�le int�gr� des entreprises et la naissance de compagnies sp�cialis�es dans une partie de produit. Des compagnies se sp�cialis�rent en rachetant des usines des grandes marques ou en construction de toute pi�ces de nouvelles usines , de pr�f�rence dans le sud-est asiatique (Singapour, Malaisie, Taiwan puis Tha�lande et Chine continentale) regroupant main d'�uvre docile et comp�tente et bas salaires.
La conception des microprocesseurs resta essentiellement une sp�cialit� am�ricaine, mais la conception de la fabrication des m�moires, des microcontr�leurs, des processeurs de signaux (DSP) se dispersa dans le monde entier.

Au cours des ann�es 2000, les entreprises chinoises et indiennes (dans le domaine du logiciel) ne cess�rent de se d�velopper, acqu�rant m�me un r�seau de distribution mondial (Lenovo avec la division PC de IBM). Les firmes "occidentales" se concentrant sur des activit�s de product planning et de distribution. Le r�seau de sous-traitance de fabrication s'effondra en m�me temps que la maison-m�re devenait une soci�t� sans-usine.
L'avenir est probablement vers les syst�mes sur une puce dont la conception pourra rester dans les pays o� des consid�rations locales ( s�curit�, cultures, langue) pousseront � une innovation rapide. La fabrication en masse de ces syst�mes restera dans des pays qui regrouperont un relativement haut niveau d'�ducation et de bas co�ts de main d'�uvre.

 

 

按揭計算機| 買樓| 上車盤| 搵樓| 屋苑| 樓盤| 地產| 租樓| 租盤| 二手樓| 新盤| 一手樓| 豪宅| 校網| 放盤| 樓價| 成交| 居屋| 貝沙灣| 美孚新邨| 嘉湖山莊| 太古城| 日出康城| 九龍站 | 沙田第一城| 西半山 樓盤| 樓市走勢| 青衣| 西貢 樓盤| 荃灣 樓盤| Grand Austin出售的樓盤| 西半山| 西貢| 荃灣| 貝沙灣租盤| 貝沙灣樓盤| 美孚新邨租盤 | 美孚新邨樓盤| 嘉湖山莊租盤 | 嘉湖山莊樓盤 | 太古城租盤 | 太古城樓盤 | 九龍站租盤| 九龍站樓盤| 日出康城租盤 | 日出康城樓盤 | 沙田第一城租盤| 沙田第一城樓盤 | 西半山租盤| 西貢租樓| 西貢租盤 | 青衣租樓| 青衣租盤 | 荃灣租樓| 荃灣租盤 |

雪茄网购| 雪茄| 哈瓦那雪茄| 雪茄价格| 雪茄烟网购| 雪茄专卖店| 雪茄怎么抽| 雪茄烟| 雪茄吧| 陈年雪茄| 大卫杜夫雪茄| 保利华雪茄| 古巴雪茄品牌| 古巴雪茄| 古巴雪茄多少钱一只| 古巴雪茄专卖网| 烟斗烟丝| 烟丝| 小雪茄| 金特罗雪茄| 帕特加斯d4 | 蒙特雪茄| 罗密欧朱丽叶雪茄| 网上哪里可以买雪茄| 限量版雪茄| 雪茄专卖| 雪茄专卖网| 雪茄哪里买| 买雪茄去哪个网站| 推荐一个卖雪茄的网站| 雪茄烟| 古巴雪茄价格| 雪茄海淘| 雪茄网|

噴畫| banner| banner 價錢| Backdrop| Backdrop 價錢| 易拉架| 易拉架 價錢| 橫額| 印刷| 橫額印刷| 印刷 報價| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 宣傳單張印刷| 展覽攤位| 書刊 印刷| Bannershop| Ebanner| Eprint| 印刷公司| 海報| 攤位| pvc板| 易拉架設計| 海報印刷| 展板| 禮封| 易拉架尺寸| foamboard| hk print| hong kong printing| Printing| 喜帖| 過膠| 信封| backdrop| print100| 咭片皇| 印館|

邮件营销| Email Marketing 電郵推廣| edm营销| edm| 营销软件| 推广软件| 邮件群发软件| 邮件群发| email marketing| direct marketing| email marketing software| email marketing service| email marketing tools| email mkt| remarketing| edm| edm marketing| email subscription| website subscription| email survey| email whitelist| sign up form| email subject line| subject line| email subject| best email subject lines| free email marketing| Mailchimp| Hubspot| Sendinblue| ActiveCampaign| Aweber| 邮件主题怎么写| 邮件主题| 邮件模板| Maichimp| benchmark|

wms| vending machine| barcode scanner| QR code scanner| SME IT| it solution| rfid tag| rfid| rfid reader| it outsourcing| POS label| IRLS| IT Support| system integration| software development| inventory management system| label printing| digital labelling| barcode label| Self Service Kiosk| Kiosk| Voice Picking| POS scanner| POS printer| System Integrator| printing labels| Denso| barcode| handheld| inventory management| warehouse management| stock taking| POS| Point of sale| Business service| Web Development| vending| app development| mobile app development| handheld device| terminal handheld| inventory management software| pos system| pos software| pos hardware| pos terminal| printer hong kong| receipt printer| thermal printer| thermal label printer| qr code scanner app| qr scanner app| online qr code scanner| qr code scanner online mobile| qr code scanner download| mdm| mobile solutions| mdm solutions| mobile device management|

Tomtop| Online Einkaufen| online shop| Autozubehör| Bekleidung| Kopfhörer| badausstattung| Badmöbel| smartwatch günstig| Luftbefeuchter| lichtbox| Kosmetiktaschen| Make-Up Pinsel| Smartphones günstig| tablet günstig| Wanderstock| fahrrad maske| spielekonsole| spielkonsole| Geldbeutel| Gaming Kopfhörer|

electric bike| best electric bike| electric bikes for adults| e bike| pedal assist bike| electric bikes for sale| electric bike shop| electric tricycle| folding electric bike| mid drive electric bike| electric trike| electric mountain bike| electric bicycle| electric bike review| electric fat bike| fat tire electric bike| women's electric bike |

office| 地產代理| 辦公室| Property Agent| Hong Kong Office Rental| hong kong office| 物業投資| office building| Commercial Building| Grade A Office| 寫字樓| 商業大廈| 甲級寫字樓| 頂手| 租寫字樓| leasing| Rent Office| 地產新聞| office for sale| office building|

太古廣場| 海富中心| 中港城| 統一中心| 瑞安中心| 力寶中心| 信德中心| 新港中心| 中環中心| 合和中心| 康宏廣場| 星光行| 鷹君中心| 遠東金融中心| 港晶中心| 無限極廣場| 光大中心| 中遠大廈| 海港中心| 新世界大廈| 永安中心| 南洋中心| 永安集團大廈| 華潤大廈| 永安廣場| 朗豪坊| 時代廣場| 新世紀廣場| 太古城中心| 希慎廣場| 交易廣場| 創紀之城| 港威大廈| 企業廣場| 新文華中心| 置地廣場| 怡和大廈| 世貿中心| 太子大廈| 中信大廈| 禮頓中心| 中銀大廈| 銅鑼灣廣場| 環球大廈| 海濱廣場| 新鴻基中心| 萬宜大廈| Tower 535| 高銀金融國際中心| 海濱匯| 皇后大道中9號| 國際金融中心| 半島中心| 利園三期| 天文臺道8號| 信和廣場| 娛樂行| 南豐大廈| 帝國中心| 中環廣場| 美國銀行中心| 尖沙咀中心| 新東海商業中心| Chater House| Nexxus Building| One Island East| 中匯大廈| Fairmont House| 華懋廣場| 中建大廈| 北京道1號| 胡忠大廈| Central Plaza| The Centrium| LHT Tower| China Building| AIA Central| Crawford House| Exchange Tower| AIA Tower| World Wide House| One Kowloon| The Gateway | One Island South| Jardine House| Millennium City | Exchange Square| Times Square | Pacific Place| Admiralty Centre| United Centre| Lippo Centre| Shun Tak Centre| Silvercord| The Center| Mira Place| Ocean Centre| Cosco Tower| Harcourt House| Cheung Kong Center|

school| international school of hong kong| international school| school in Hong Kong| primary school| elementary school| private school| UK school| british school| extracurricular activity| Hong Kong education| primary education| top schools in Hong Kong| Preparatory|