Click here to send us your inquires or call (852) 36130518

�volution des grandes soci�t�s fran�aises depuis 1982

Retour �conomie
 en construction
 derni�re mise � jour 23 janv. 2005

Apr�s une tendance � la nationalisation des grandes entreprises qui s'est exacerb�e en 1935-1938, 1945 et 1982, les principes de lib�ralisation de l'industrie et du commerce inscrits dans le trait� de Rome de 1958 ont enfin �t� mises en oeuvre par les gouvernements fran�ais � partir de 1986 et ont �t� maintenus au programme par les gouvernements successifs.
A cette �poque, le ph�nom�ne de d�nationalisation, aussi lanc� dans toute l'Europe sur l'impulsion de la Commission Europ�enne, attirait les convoitises de la communaut� financi�re am�ricaine, non pas tellement par les perspectives d'investissements qu'elle offrait, mais par les perspectives de commissions d'expertises et d'interm�diation que la redistribution des actifs en Europe pouvait offrir aux banques am�ricaines. Les soci�t�s nationalis�es en voie de privatisation ainsi ont vers� � JP Morgan, Goldman Sachs, Lazard Fr�res, des commissions substantielles. A titre de reconnaissance, de nombreux hauts fonctionnaires ou hommes politiques se sont vu offrir des situations int�ressantes dans les filiales europ�ennes de ces entreprises.

On examinera ici -forc�ment de mani�re superficielle- l'�volution des grandes soci�t�s industrielles et financi�res fran�aises  un temps nationalis�es ou non, durant les 20 derni�res ann�es. Les soci�t�s de distribution rest�es priv�es pendant toute cette p�riode et n'ayant pas l'objet que de redistributions � l'int�rieur du secteur ne seront pas trait�es ici.

En 1983, apr�s l'arriv�e de l'alternance de gauche, l'essentiel des grandes entreprises fran�aises �tait plac� dans le giron de l'�tat. Certaines s'y trouvaient pour remplir des missions de service public et avaient �t� des administrations g�r�es directement par l'�tat. D'autres avaient d�j� fait l'objet d'un plan de sauvetage par la nationalisation. D'autres enfin avaient �t� nationalis�es parce qu'elles remplissaient un r�le cl� dans la perspective d'un am�nagement socialiste de notre soci�t�. Certaines compagnies avaient �t� laiss�es en dehors du champ de la nationalisation ou au contraire y avaient �t� incluses pour des raisons politiciennes (Renault, compagnies de distribution de l'eau).
La nationalisation s'est souvent accompagn�e d'une restructuration des activit�s conforme � l'int�r�t g�n�ral et � celui des  compagnies elles-m�mes. Elle a aussi entra�n� la tentation d'un meccano regroupant des activit�s disparates sous l'�gide de dirigeants relativement non responsables. Elle a quasiment interdit la redistribution du capital sur une base internationale et g�n� la constitution d'alliances. Certains pr�dateurs ext�rieurs ont pr�f�r� guetter la phase de d�nationalisation pour essayer d'attaquer leur proies. On verra s'ils y ont r�ussi.

Saint-Gobain

Saint-Gobain, compagnie issue de la Manufacture Royale de glaces, puis compagnie priv�e engag�e dans les mat�riaux de construction, y compris avec un pied dans la sid�rurgie � Pont-�-Mousson, tenta  � la fin des ann�es 1970 avec MM Fauroux et Minc de se diversifier encore davantage en particulier dans l'�lectronique (semi-conducteurs, informatique avec Bull, et bureautique avec Olivetti). Avec le consentement de son patron R Fauroux, la compagnie fut nationalis�e en 1982, mais elle fut recentr�e sur ses m�tiers d'origine et dut abandonner sa nouvelle vocation �lectronique en c�dant ESS � Thomson, en abandonnant sa part d'Olivetti � AT&T et en laissant l'ind�pendance � Bull.
Une des premi�res compagnies privatis�es en 1986, Saint-Gobain a poursuivi sa carri�re dans ses m�tiers d'origine. Ses investissements -surtout ceux faits aux USA- souffrirent des al�as de la crise de l'amiante. Son parcours en bourse fut au d�but exemplaire, b�n�ficiant sans doute d'arriver plus t�t sur le march�, ne b�n�ficia pas de la bulle high-tech et suivit le parcours dict� par la conjoncture.

Thomson

Le groupe Thomson d�velopp� pendant les ann�es 1970 (fusion avec CSF, association avec le constructeur Hotchkiss-Brandt bien plac� dans le march�s d'armement, ayant absorb� des rivaux europ�ens d'�lectronique domestique) repr�sentait un conglom�rat ayant en point de mire General Electric et Siemens. Son archi-rival restait la Compagnie G�n�rale d'�lectricit� avec lequel il s'�tait affront� dans l'industrie t�l�phonique et l'informatique.

Avec la nationalisation, Thomson est devenu, sous Alain Gomez, une des principales soci�t�s industrielles europ�ennes d'�lectronique, plus importante que le n�erlandais Philips et � peine inf�rieur � Siemens. Son rachat de l'essentiel de RCA en faisait une soci�t� tr�s importante sur le march� nord-am�ricain.

A partir des ann�es 1990, a commenc� une dissolution progressive de ce qu'on avait appel� le "groupe Thomson". Ses activit�s bancaires, quelque peu sulfureuses, Thomson-Finances devenu Altus se faisait absorber par le Cr�dit Lyonnais et contribuait � entra�ner ce dernier dans une quasi-faillite. Les activit�s informatiques non c�d�es � Bull se divisaient en activit�s de service filialis�es et d'informatique grand public entra�n�es dans le naufrage des plans informatique pour tous. Thomson se s�parait d�finitivement de ses int�r�ts �lectrom�caniques dont le nom actuel de Alstom rappelle encore celui  de son ancien actionnaire historique.

Enfin, une scission fut d�cid�e entre les activit�s d'�lectronique militaire renomm�es Thal�s et les activit�s t�l�vision et assimil�es restant sous le nom de Thomson. La seconde fut � deux doigts d'�tre vendue "pour 1 franc" au cor�en Daewoo.

Thierry Breton, nomm� PDG de Thomson apr�s son s�jour chez Bull, redressa quelque peu la compagnie. Ses activit�s de R&D, surtout aux USA, furent rationalis�es et l'offre de la compagnie devint essentiellement d'origine externe (JVC par exemble). L' activit�s t�l�viseurs y compris les labos et les usines fut c�d� � une filiale contr�l�e par le chinois TLC.

Compagnie G�n�rale d'Electricit�

La Compagnie G�n�rale d'Electricit� jouait un r�le important comme fournisseur des PTT.

Elle avait en 1982 avec la nationalisation fini par regrouper l'�lectronique et l'�lectro-technique fran�aise. La CGE a acquis les restes de l'ancien empire ITT avec ses filiales allemandes, belges et scandinaves. Elle avait avec sa filiale Alsthom une position extr�ment puissante sur la construction de mat�riel roulant ferroviaire et dans les alternateurs.

La CGE est devenue Alcatel et s'est vu prosp�rer avec la privatisation et le d�veloppement des t�l�communications digitales et des t�l�communications mobiles en Europe apr�s 1990. Elle s'est crue oblig�e de faire des emplettes de soci�t�s technologiques aux Etats-Unis et a �t� � deux doigts d'acqu�rir Lucent Technologies, le reste des Bell Laboratories due l'ex-monopole am�ricain AT&T.

La saturation du march� (le mobile repr�sente maintenant 50% de l'�quipement) ainsi que l'�clatement de la bulle Internet a oblig� Alcatel tout d'abord � se d�faire de branches subalternes par rapport � son march� principal puis � devenir peu � peu une "soci�t� sans usines" (selon le mot de son PDG Serge Tchuruk). Alcatel a une place pr�pond�rante d'�quipementier des op�rateurs t�l�phoniques en France et dans une partie de l'Europe. La compagnie a b�n�fici� du d�veloppement de l'Internet ADSL, mais a abandonn� le march� grand public des mobiles.

Bull

La compagnie CII-HB, filiale commune de Saint-Gobain et de Honeywell fut nationalis�e en 1982. Son origine remonte � la Compagnie des Machine Bull, entreprise m�canographique li�e � des papetiers, qui se lan�a dans les ann�es 1950 dans les premi�res g�n�rations d'ordinateurs de gestion. En d�faillance financi�re, elle fut rachet�e par la firme am�ricaine General Electric qui la c�da � Honeywell en 1970. Le gouvernement fran�ais, �branl� par la cession � l'�tranger d'une entreprise de pointe, orchestra par deux plans calculs successifs la cr�ation de la CII appuy�e sur Thomson et la Compagnie G�n�rale d'Electricit�. CII s'attaqua de front � IBM et GE-Honeywell-Bull avec un succ�s presque exclusivement limit� aux administrations fran�aises. L'av�nement d'un gouvernement lib�ral en 1974 provoqua le retrait du soutien gouvernemental et l'absorption de CII par Honeywell-Bull. L'alternance politique de 1981, confirma la promesse �lectorale de faire entrer CII-HB dans le giron nationalis�, en retrouvant le nom de groupe Bull. Ce groupe absorbera bient�t les filiales informatiques de la plupart des soci�t�s industrielles r�cemment nationalis�es. Les dotations financi�res de l'�tat servirent � un d�veloppement tout azimuts dans les ann�es 1980 avec la reprise des actifs Honeywell en 1985 et l'absorption de Zenith Computers aux �tats-Unis. Cette croissance  absorba les ressources de la compagnie qui ne purent suivre l'�volution de la micro-informatique et des syst�mes ouverts. A partir de 1993, Bull commen�a une phase de d�sinvestissements successifs tant sur le plan g�ographique, que fabrication et R&D. D'une place de num�ro 2 de l'informatique en 1975, Bull glissa vers la place d'un acteur ultra marginal dans l'informatique mondiale. En 1993, le gouvernement fran�ais chercha � replacer le capital de l'entreprise. Le plan de d�nationalisation de  J.M. Decarpentries et Thierry Breton sembla au d�but couronn� de succ�s: �vitant la pr�sence d'un partenaire dominant, il conservait pour le management de l'entreprise le contr�le complet de sa politique. Cependant, cette libert� fut ob�r�e par la diminution des revenus des grands ordinateurs et le maintien de  sources de d�penses multiples. Malgr� l'exemple de IBM Global Services, le nouveau Bull n'a pas su p�n�trer le monde de l'infog�rance; son implantation � l'�tranger a �t� c�d�e � la SSII de services informatiques Steria.

A�rospatiale

La compagnie A�rospatiale (maintenant EADS) a �t� l'h�riti�re des soci�t�s d'aviation nationalis�es en 1936 (certaines en 1945) dans le but de regrouper les fabrications militaires d'avions. Le noyau de l'A�rospatiale est la SNCASE (alias Sud-Est Aviation) -dont il ne reste que les usines de Marignane (transf�r�es � Eurocopter) et de Cannes (spatial)- etla SNCASO (alias Sud-Ouest Aviation) avec le complexe de Toulouse. A�rospatiale (alors Sud-Aviation) a aussi absorb� la SNCAN et la SNCAC dont il reste l'�tablissement de Saint Nazaire. la dispersion g�ographique a une explication strat�gique, le regroupement des fabrications dans un seul centre �tait impensable dans le contexte g�ostrat�gique des ann�es 1930 et 1940.

Snecma

La Soci�t� Nationale d'�tudes et de construction de moteurs d'avions a longtemps surv�cu de la fabrication de turbor�acteurs militaires pour les avions Marcel Dassault. Un accord avec General Electric lui  a permis de conqu�rir une place notable dans le march� des avions civil (Boeing  737 et Airbus).
Elle a absorb� la SEPR soci�t� de moteurs-fus�es, aliment�e par le march� militaire fran�ais et Ariane.

SNECMA privatis� s'est fait racheter par le groupe �lectronique SAGEM en 2003.

Snpe

Renault

Peugeot

Elf

Total

Usinor

Charbonnages de France

Pechiney Ugine Kuhlmann

Potasse d'Alsace

SEITA

Hachette

Soci�t� G�n�rale

Paribas

Cr�dit Lyonnais

Suez

Cr�dit Commercial de France

Cr�dit Agricole

Cr�dit Local de France

L'Union

AGF

Compagnie G�n�rale des Eaux

Lyonnaise des Eaux

SNCF

EDF

GDF

Air France

Air Inter

La Poste

Autoroutes

DGT

 

Les start-up

On classera sous ce titre les soci�t�s reconnues dans le monde de l'an 2000 et qui n'�taient pas encore n�es ou qui �taient encore dans l'enfance en 1982.

Canal Plus

Cap-Gemini

Gemplus

Institut du P�trole

High Wave Optical

 

Les soci�t�s �trang�res

Seules sont retenues ici les soci�t�s � capital �tranger ayant (ou ayant eu) une implantation industrielle significative en France. D'autres soci�t�s ont des r�seaux de distribution importants au point de vue chiffre d'affaires et emplois.

IBM

Sony

Esso

Shell

Ford

Toyota

 

按揭計算機| 買樓| 上車盤| 搵樓| 屋苑| 樓盤| 地產| 租樓| 租盤| 二手樓| 新盤| 一手樓| 豪宅| 校網| 放盤| 樓價| 成交| 居屋| 貝沙灣| 美孚新邨| 嘉湖山莊| 太古城| 日出康城| 九龍站 | 沙田第一城| 西半山 樓盤| 樓市走勢| 青衣| 西貢 樓盤| 荃灣 樓盤| Grand Austin出售的樓盤| 西半山| 西貢| 荃灣| 貝沙灣租盤| 貝沙灣樓盤| 美孚新邨租盤 | 美孚新邨樓盤| 嘉湖山莊租盤 | 嘉湖山莊樓盤 | 太古城租盤 | 太古城樓盤 | 九龍站租盤| 九龍站樓盤| 日出康城租盤 | 日出康城樓盤 | 沙田第一城租盤| 沙田第一城樓盤 | 西半山租盤| 西貢租樓| 西貢租盤 | 青衣租樓| 青衣租盤 | 荃灣租樓| 荃灣租盤 |

雪茄网购| 雪茄| 哈瓦那雪茄| 雪茄价格| 雪茄烟网购| 雪茄专卖店| 雪茄怎么抽| 雪茄烟| 雪茄吧| 陈年雪茄| 大卫杜夫雪茄| 保利华雪茄| 古巴雪茄品牌| 古巴雪茄| 古巴雪茄多少钱一只| 古巴雪茄专卖网| 烟斗烟丝| 烟丝| 小雪茄| 金特罗雪茄| 帕特加斯d4 | 蒙特雪茄| 罗密欧朱丽叶雪茄| 网上哪里可以买雪茄| 限量版雪茄| 雪茄专卖| 雪茄专卖网| 雪茄哪里买| 买雪茄去哪个网站| 推荐一个卖雪茄的网站| 雪茄烟| 古巴雪茄价格| 雪茄海淘| 雪茄网|

噴畫| banner| banner 價錢| Backdrop| Backdrop 價錢| 易拉架| 易拉架 價錢| 橫額| 印刷| 橫額印刷| 印刷 報價| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 宣傳單張印刷| 展覽攤位| 書刊 印刷| Bannershop| Ebanner| Eprint| 印刷公司| 海報| 攤位| pvc板| 易拉架設計| 海報印刷| 展板| 禮封| 易拉架尺寸| foamboard| hk print| hong kong printing| Printing| 喜帖| 過膠| 信封| backdrop| print100| 咭片皇| 印館|

邮件营销| Email Marketing 電郵推廣| edm营销| edm| 营销软件| 推广软件| 邮件群发软件| 邮件群发| email marketing| direct marketing| email marketing software| email marketing service| email marketing tools| email mkt| remarketing| edm| edm marketing| email subscription| website subscription| email survey| email whitelist| sign up form| email subject line| subject line| email subject| best email subject lines| free email marketing| Mailchimp| Hubspot| Sendinblue| ActiveCampaign| Aweber| 邮件主题怎么写| 邮件主题| 邮件模板| Maichimp| benchmark|

wms| vending machine| barcode scanner| QR code scanner| SME IT| it solution| rfid tag| rfid| rfid reader| it outsourcing| POS label| IRLS| IT Support| system integration| software development| inventory management system| label printing| digital labelling| barcode label| Self Service Kiosk| Kiosk| Voice Picking| POS scanner| POS printer| System Integrator| printing labels| Denso| barcode| handheld| inventory management| warehouse management| stock taking| POS| Point of sale| Business service| Web Development| vending| app development| mobile app development| handheld device| terminal handheld| inventory management software| pos system| pos software| pos hardware| pos terminal| printer hong kong| receipt printer| thermal printer| thermal label printer| qr code scanner app| qr scanner app| online qr code scanner| qr code scanner online mobile| qr code scanner download| mdm| mobile solutions| mdm solutions| mobile device management|

Tomtop| Online Einkaufen| online shop| Autozubehör| Bekleidung| Kopfhörer| badausstattung| Badmöbel| smartwatch günstig| Luftbefeuchter| lichtbox| Kosmetiktaschen| Make-Up Pinsel| Smartphones günstig| tablet günstig| Wanderstock| fahrrad maske| spielekonsole| spielkonsole| Geldbeutel| Gaming Kopfhörer|

electric bike| best electric bike| electric bikes for adults| e bike| pedal assist bike| electric bikes for sale| electric bike shop| electric tricycle| folding electric bike| mid drive electric bike| electric trike| electric mountain bike| electric bicycle| electric bike review| electric fat bike| fat tire electric bike| women's electric bike |

office| 地產代理| 辦公室| Property Agent| Hong Kong Office Rental| hong kong office| 物業投資| office building| Commercial Building| Grade A Office| 寫字樓| 商業大廈| 甲級寫字樓| 頂手| 租寫字樓| leasing| Rent Office| 地產新聞| office for sale| office building|

太古廣場| 海富中心| 中港城| 統一中心| 瑞安中心| 力寶中心| 信德中心| 新港中心| 中環中心| 合和中心| 康宏廣場| 星光行| 鷹君中心| 遠東金融中心| 港晶中心| 無限極廣場| 光大中心| 中遠大廈| 海港中心| 新世界大廈| 永安中心| 南洋中心| 永安集團大廈| 華潤大廈| 永安廣場| 朗豪坊| 時代廣場| 新世紀廣場| 太古城中心| 希慎廣場| 交易廣場| 創紀之城| 港威大廈| 企業廣場| 新文華中心| 置地廣場| 怡和大廈| 世貿中心| 太子大廈| 中信大廈| 禮頓中心| 中銀大廈| 銅鑼灣廣場| 環球大廈| 海濱廣場| 新鴻基中心| 萬宜大廈| Tower 535| 高銀金融國際中心| 海濱匯| 皇后大道中9號| 國際金融中心| 半島中心| 利園三期| 天文臺道8號| 信和廣場| 娛樂行| 南豐大廈| 帝國中心| 中環廣場| 美國銀行中心| 尖沙咀中心| 新東海商業中心| Chater House| Nexxus Building| One Island East| 中匯大廈| Fairmont House| 華懋廣場| 中建大廈| 北京道1號| 胡忠大廈| Central Plaza| The Centrium| LHT Tower| China Building| AIA Central| Crawford House| Exchange Tower| AIA Tower| World Wide House| One Kowloon| The Gateway | One Island South| Jardine House| Millennium City | Exchange Square| Times Square | Pacific Place| Admiralty Centre| United Centre| Lippo Centre| Shun Tak Centre| Silvercord| The Center| Mira Place| Ocean Centre| Cosco Tower| Harcourt House| Cheung Kong Center|

school| international school of hong kong| international school| school in Hong Kong| primary school| elementary school| private school| UK school| british school| extracurricular activity| Hong Kong education| primary education| top schools in Hong Kong| Preparatory|